La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 762,34
    +85,47 (+1,51 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 318,20
    +39,16 (+1,19 %)
     
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,10 (-1,71 %)
     
  • EUR/USD

    0,9801
    -0,0018 (-0,19 %)
     
  • Gold future

    1 668,30
    -0,30 (-0,02 %)
     
  • BTC-EUR

    19 723,16
    -216,12 (-1,08 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,74
    -1,49 (-1,83 %)
     
  • DAX

    12 114,36
    +138,81 (+1,16 %)
     
  • FTSE 100

    6 893,81
    +12,22 (+0,18 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,89 (-1,51 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,84 (-1,83 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,96 (+0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,1166
    +0,0043 (+0,38 %)
     

À cause de la sécheresse, ces producteurs de fromage AOP doivent arrêter leur production

Mauvaise nouvelle pour les amateurs de fromage, la sécheresse a fait une nouvelle victime : un célèbre fromage du Cantal. La production du fromage AOP (appellation d'origine protégée) salers a été arrêtée à compter du vendredi 12 août pour une durée indéterminée, selon une information de France 3 Pays d'Auvergne. En raison de la sécheresse, les producteurs ne peuvent plus appliquer leur cahier des charges de fabrication, notamment la section indiquant que les vaches doivent manger 75% d'herbe des pâturages.

Laurent Lours est producteur de salers AOP dans le Cantal, mais également président de l’AOP. La semaine dernière, face à la sécheresse qui s’aggrave, il a fallu faire un choix. "La production de fromage salers va s’arrêter le 12 août pour toute la zone AOP", déplore-t-il. Pour que le salers garde son appellation d'origine protégée, les vaches doivent être nourries à 75% d'herbe. Et avec la chaleur, il est impossible pour les bovins de paître sur des pâturages intacts. Les 76 producteurs de salers, l'un des cinq fromages AOP d'Auvergne, sont désormais face à des étendues d'herbe jaune et brûlée par le soleil.

Conséquence de la sécheresse, certains producteurs choisissent alors de produire du cantal, une autre AOP avec un cahier des charges moins strict, mais qui rapporte moins, comme l’explique Laurent Lours, président de la filière AOP Salers, interrogé par RMC: "Au minimum, on se dit qu’on va perdre un mois de production parce que, aujourd’hui, on est vraiment avec des pâtures (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Loiret : un restaurant renonce à son étoile Michelin
La Nasa veut mieux encadrer le tourisme spatial
"Au bord de la rupture", les pompiers réclament plus de moyens financiers
La Thaïlande veut attirer les télétravailleurs étrangers avec un visa de 10 ans
Suisse : la situation énergétique du pays est "grave", déclare la ministre de l'Energie