La bourse ferme dans 4 h 33 min
  • CAC 40

    6 693,23
    -83,02 (-1,23 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 050,00
    -59,51 (-1,45 %)
     
  • Dow Jones

    35 135,94
    +236,60 (+0,68 %)
     
  • EUR/USD

    1,1351
    +0,0058 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 796,10
    +10,90 (+0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    50 837,33
    +173,94 (+0,34 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 461,42
    +32,49 (+2,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    68,03
    -1,92 (-2,74 %)
     
  • DAX

    15 059,68
    -221,18 (-1,45 %)
     
  • FTSE 100

    7 037,10
    -72,85 (-1,02 %)
     
  • Nasdaq

    15 782,83
    +291,18 (+1,88 %)
     
  • S&P 500

    4 655,27
    +60,65 (+1,32 %)
     
  • Nikkei 225

    27 821,76
    -462,16 (-1,63 %)
     
  • HANG SENG

    23 475,26
    -376,98 (-1,58 %)
     
  • GBP/USD

    1,3340
    +0,0028 (+0,21 %)
     

À Budapest, Marine Le Pen soutient Viktor Orban et critique l'UE

·2 min de lecture

Marine Le Pen a rencontré Viktor Orban mardi à Budapest. 

Contre «l'asservissement» de l'UE et la «submersion migratoire», Marine Le Pen a fait bloc mardi à Budapest avec le dirigeant ultraconservateur hongrois Viktor Orban, à l'occasion de leur premier tête-à-tête. C'était pour la candidate du Rassemblement national (RN) un rendez-vous très attendu, un mois après la visite du polémiste Eric Zemmour, son rival potentiel mais non encore déclaré à la présidentielle française de 2022, et de sa nièce Marion Maréchal.

Escorte policière, tapis rouge, déjeuner en petit comité et conférence de presse «officielle» : Mme Le Pen s'est dite «honorée» de l'accueil que M. Orban lui a réservée au monastère des Carmélites, aujourd'hui bureau du Premier ministre, surplombant le Danube. M. Zemmour n'avait eu, lui, droit qu'à un entretien privé.

Menacée d'être écartée dès le premier tour de la présidentielle d'avril 2022 selon certains sondages récents, Marine Le Pen a cherché à asseoir sa stature en s'affichant aux côtés du Premier ministre hongrois, défenseur des valeurs «illibérales» en Europe. Interrogé sur le scrutin à venir, Viktor Orban s'est cependant gardé de «prendre position», «la décision revenant au peuple français».

L'alliance des nations prônée

Devant la presse, tous deux ont martelé leur message souverainiste, à quelques mois d'élections nationales délicates pour elle, très serrées pour lui. A l'unisson de M. Orban, Marine Le Pen a vivement critiqué la «brutalité idéologique» de l'Union européenne, refusant tout principe de primauté du droit européen en référence au récent bras de fer polonais.

Et de fustiger un «pouvoir centralisé bruxellois enivré de sa propre existence, de sa puissance et de son omnipotence», une «volonté d'asservissement» de l'Union européenne. Dans ce(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles