Marchés français ouverture 7 h 33 min
  • Dow Jones

    34 327,79
    -54,34 (-0,16 %)
     
  • Nasdaq

    13 379,05
    -50,93 (-0,38 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    35 630,93
    -2 585,81 (-6,77 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 195,01
    -2,91 (-0,24 %)
     
  • S&P 500

    4 163,29
    -10,56 (-0,25 %)
     

À Besançon, le devoir de mémoire du Covid s’incarne à travers une fresque street art au message biblique

franceinfo Culture
·1 min de lecture

Un graff à consonance biblique. L’artiste graffeur Nacle a dessiné sur le mur d’un garage de Besançon (Doubs) un tag à motif d’espoir. Sous ses doigts, l’archange Michel prend un relief tout particulier, pour une parabole aux accents contemporains.

"Au VIe siècle, le pape Grégoire aurait eu une vision de cet archange dégainant l’épée de son fourreau. Et suite à cette vision, l’épidémie de peste à Rome se serait arrêtée", explique Nacle qui a délaissé sa signature toute en couleurs pour un dégradé noir et blanc de circonstance pour cette œuvre.

De quoi interpeller le Prince de tous les anges de Bien ? Ou simplement témoigner de la foi en l’avenir ? "On voulait en fait écrire une histoire par rapport à la période que l’on vit à l’heure actuelle qui nous touche tous", répond Frédéric Demilly, garagiste à l’origine du projet.

Les riverains apprécient la fresque

D’habitude réservée aux noctambules, la performance s’est donc faite en plein jour. Les riverains du quartier apprécient alors le spectacle, et le message qui se cache derrière les bombes de peinture. En ce temps de disette artistique, la culture qui fait le mur, ça parle forcément à tout le monde. "Il est franchement magnifique. J’envisage même de faire tagguer quelque-chose sur ma maison", s’amuse une habitante. "On est bien gâté, c’est pas mal. Ça fait un peu distraction", salue un autre résident.

Mais en attendant qu’elle prenne véritablement fin, le monde de la culture doit se réinventer, et le street art, même à (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi