Publicité
La bourse ferme dans 4 h 45 min
  • CAC 40

    7 610,86
    -60,48 (-0,79 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 899,30
    -48,43 (-0,98 %)
     
  • Dow Jones

    39 134,76
    +299,90 (+0,77 %)
     
  • EUR/USD

    1,0685
    -0,0022 (-0,20 %)
     
  • Gold future

    2 376,10
    +7,10 (+0,30 %)
     
  • Bitcoin EUR

    59 869,52
    -1 715,90 (-2,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 343,17
    -17,16 (-1,26 %)
     
  • Pétrole WTI

    81,26
    -0,03 (-0,04 %)
     
  • DAX

    18 123,47
    -130,71 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    8 195,53
    -76,93 (-0,93 %)
     
  • Nasdaq

    17 721,59
    -140,64 (-0,79 %)
     
  • S&P 500

    5 473,17
    -13,86 (-0,25 %)
     
  • Nikkei 225

    38 596,47
    -36,55 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    18 028,52
    -306,80 (-1,67 %)
     
  • GBP/USD

    1,2637
    -0,0023 (-0,18 %)
     

À Barcelone, la gentrification fait fuir les jeunes talents

Photo Pixabay/cc

Barcelone est devenue trop chère, même pour les expatriés, déplore El País. Selon le quotidien, “le coût de la vie effraie les hommes d’affaires et les entrepreneurs”, qui préfèrent plutôt, désormais, s’installer dans des villes meilleur marché : Valence, Malaga, Gran Canaria, Séville, Tenerife ou Grenade.

“Il est devenu plus difficile qu’avant de recruter hors d’Espagne, explique un chasseur de têtes qui travaille pour le compte d’une entreprise nord-américaine. Les candidats sont devenus plus exigeants au niveau des salaires parce qu’il faut plus d’argent pour vivre à Barcelone.”

Pendant des années, la présence des professionnels étrangers a contribué à faire monter les loyers, un phénomène qui a poussé de nombreux habitants à quitter la ville. Mais aujourd’hui, gagner 30 000 ou 40 000 euros par an ne suffit plus pour vivre convenablement dans des quartiers comme l’Eixample ou Poblenou où, “dans le meilleur des cas, il faut compter 1 000 euros par mois pour se loger”.

“Le logement, c’est un vrai problème ici”

“En appliquant la règle qui limite à 33 % des revenus le montant consacré au logement, ils n’ont même pas accès à un studio”, constate José Antonio Beneyto, à la tête d’Alter Ego Relocation, une agence qui aide les expatriés à trouver un logement à Barcelone ou à Valence.

PUBLICITÉ

“J’adore Barcelone, l’ambiance est formidable et on peut facilement aller n’importe où, mais le logement est un vrai problème ici. Les appartements qu’on nous a proposés étaient vraiment trop petits”, explique le photographe australien Dominic Ronzo, 35 ans. Sa compagne et lui ont finalement renoncé à s’installer en ville.

La question a été évoquée début octobre lors de la dernière édition de la Barcelona New Economy Week, le salon annuel qui réunit le gratin des professionnels de la tech, rapporte El País. Des responsables locaux en ont profité pour réclamer la mise en application intégrale de la loi sur le logement adoptée en avril dernier par le Parlement espagnol, qui prévoit notamment le plafonnement des loyers.

[...] Lire la suite sur Courrier international

Sur le même sujet :